Author: Fusion Jeunesse

Lettre d’opinion publiée dans les Affaires

Rose Lyndsay Daudier (directrice générale, Fusion Jeunesse et Robotique FIRST Québec) et Pierre Beaudoin (président du conseil d’administration Bombardier Inc. et Robotique FIRST Québec cosignent une lettre d’opinion dans les Affaires, intitulé : Pénurie de main-d’œuvre : nos devoirs à l’égard de la jeune génération.

Pour télécharger l’article en pdf

Boursiers leaders Montréal 2018

Fusion Jeunesse est heureux d’annoncer les premiers boursiers Leaders MTL, un legs majeur de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Rappelons que cette initiative permettra d’investir plus de 2M$ afin d’octroyer 1125 bourses d’ici 2021 à des jeunes de secondaire 3 à 5 ainsi qu’à des jeunes au CÉGEP pour la poursuite de leurs études postsecondaires. Les bourses sont attribuées par un jury indépendant coprésidé par Monique F. Leroux, présidente du Conseil des gouverneurs de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, et France Chrétien-Desmarais, présidente de la Société du 375e.

Liste des 10 boursiers Leaders MTL 2018

Jenny Gagné
École John F. Kennedy, EMSB
Cinéma

Dieudonné Katumbayi
École St-Laurent, CSMB
Création de jeux vidéo

Andrea Medina Mazzocco
École Calixa-Lavallée, CSPI
Design de mode

Raphaël Machelosse
Académie Dunton, CSDM
Cinéma

Xavier Paquet-Rapold
École Sophie-Barat, CSDM
Intelligence artificielle

Carlos Bedoya
École St-Henri, CSDM
Robotique

Nathaly Lemire-Boudrias
École Pierre-Dupuy, CSDM
Robotique

Nicolas Styres
Dawson College
Leadership, saines habitudes de vie et engagement communautaire

Tina Brown
John Abbott College
Leadership, saines habitudes de vie et engagement communautaire

Lyle Kitchen
Dawson College
Leadership, saines habitudes de vie et engagement communautaire

Festival de robotique de Montréal 2019 – Communiqué de presse

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

 

FESTIVAL DE ROBOTIQUE AU STADE OLYMPIQUE : 3 000 JEUNES INITIÉS AUX

SCIENCES ET AUX TECHNOLOGIES

Robotique FIRST Québec, un modèle novateur pour favoriser la poursuite des études

Montréal, le 1er mars 2019 – Hier marquait le coup d’envoi officiel de la 8e édition du Festival de robotique à Montréal, où a lieu la compétition internationale de robotique FIRST qui rassemble au Stade olympique plus de 3 000 jeunes. Jusqu’à demain, des équipes du Québec, des États-Unis, de France et de Turquie manœuvreront dans l’arène de compétition leurs robots créés et programmés sous les conseils de mentors bénévoles au cours des 45 derniers jours.

Présenté par Bombardier et organisé par les organismes Robotique FIRST Québec (RFQ) et Fusion Jeunesse, l’événement vise à inspirer les jeunes et à les encourager à choisir des parcours académiques pouvant les mener à des carrières en sciences, technologies, ingénierie ou mathématiques (STIM).

« Depuis la toute première édition du Festival de robotique de Montréal, Bombardier et Robotique FIRST Québec unissent leurs efforts pour stimuler l’intérêt des jeunes pour la science, la technologie et le génie. En tant que chef de file canadien en recherche et développement, Bombardier est très fière de partager son savoir-faire avec les leaders de demain par l’entremise de la centaine de bénévoles qui contribuent annuellement à cette compétition de haut calibre », déclare Pierre Beaudoin, président du conseil d’administration, Bombardier Inc. et Robotique FIRST Québec.

« En nous associant à nouveau au Festival de robotique de Montréal, nous sommes heureux de permettre à des jeunes de partout au Québec de s’initier aux joies de la robotique, ce qui les prépare aux emplois du futur », a déclaré Éric Martel, président-directeur général d’Hydro-Québec et également membre du conseil d’administration de Robotique FIRST Québec.

« Nous sommes extrêmement fiers de nos milliers de jeunes Québécoises et Québécois qui participent à ce défi international rassemblant 91 000 jeunes du monde entier. Cette mobilisation de partenaires, d’enseignants, de mentors, de bénévoles et de parents a un impact réel sur la persévérance scolaire et le développement des compétences de nos jeunes », ont déclaré Rose Lyndsay Daudier et Gabriel Bran Lopez, respectivement directrice générale et président fondateur de Fusion Jeunesse et de Robotique FIRST Québec.

Les organisateurs ont également annoncé ce matin les premiers boursiers Leaders MTL, un legs majeur de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Rappelons que les bourses sont attribuées par un jury indépendant coprésidé par Monique F. Leroux, présidente du Conseil des gouverneurs de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, et France Chrétien-Desmarais, présidente de la Société du 375e.

Un défi sous le thème de l’espace

Les jeunes, âgés de 14 à 18 ans, ont eu 45 jours pour construire un robot en suivant les conseils d’étudiants universitaires, d’enseignants, d’ingénieurs, de techniciens, de professionnels et de gestionnaires issus de leur communauté.

Regroupées en alliances, les équipes, dont les membres sont âgés de 14 à 18 ans, concourront sur la planète Primus pour que leurs robots préparent le chargement de leur fusée en 2 minutes et 30 secondes avant un décollage précipité dû à l’arrivée d’une tempête de sable.

Les équipes qui se qualifieront cette année pourront se rendre à Détroit, du 24 au 27 avril, pour le championnat mondial FIRST.

Les Ligues LEGO FIRST

Les tournois officiels de la Ligue LEGO FIRST des 9-14 ans ont eu lieu le 28 février et réunissaient plus de 2 000 jeunes. Les équipes devaient explorer les défis liés à la vie « en orbite », développer une solution innovante et concevoir un robot autonome en utilisant la technologie Mindstorms de LEGO.

Les 6-10 ans ont également eu leur place au Festival avec la Ligue Jr LEGO FIRST. Les jeunes ont exposé, hier, leur maquette en LEGO qui incluait au moins un élément motorisé WeDo et une machine simple, ainsi qu’une affiche pour illustrer leur projet étudié portant sur des missions sur la Lune.

À propos de Robotique FIRST Québec

La mission de Robotique FIRST Québec, branche québécoise de l’organisme international FIRST, est de favoriser l’Inspiration et la Reconnaissance des Sciences et de la Technologie auprès des jeunes du Québec, en les engageant dans un programme innovant de mentorat en robotique qui s’appuie sur l’expertise des ingénieurs et des universitaires, tout en favorisant un équilibre de vie, y compris la confiance en soi, la communication et le leadership. Robotique FIRST Québec offre, depuis 2010, trois programmes de robotique s’adressant aux jeunes de 6 à 18 ans et organise les Festivals de robotique de Montréal et celui de Québec dont la première édition aura lieu en avril 2019. FIRST a été fondé en 1989 à Manchester, dans le New Hampshire, par Dean Kamen, l’inventeur humaniste créateur du Segway, pour démontrer aux jeunes que la vie des ingénieurs et des chercheurs pouvait être intéressante et enrichissante et pour les inspirer dans leur choix de carrière. www.robotiquefirstquebec.org

À propos de Fusion Jeunesse

Lauréat de nombreuses distinctions, Fusion Jeunesse a pour mission de contribuer à la persévérance scolaire, à l’employabilité, à l’orientation et à l’engagement civique des jeunes en implantant des projets d’apprentissage expérientiel innovants qui créent des liens continus entre les milieux scolaires et les professionnels. Chaque semaine, Fusion Jeunesse accompagne plus de 16 000 jeunes dans 250 établissements au Canada. Depuis janvier 2019, l’association étend ses actions à l’international et lance un premier projet pilote pédagogique en France, auprès de 225 jeunes. www.fusionjeunesse.org

– 30 –

Renseignements :

Viviane Ross, 514-827-4250, vross@national.ca

Julie Paquet, 514-568-9900,  jpaquet@fusionjeunesse.org

Le Parisien : Fusion Jeunesse fait les manchettes du quotidien en France!

Lot-et-Garonne : des cours de jeu vidéo contre le décrochage scolaire

La région, en partenariat avec Ubisoft, va lancer début mars une expérimentation dans sept collèges et deux lycées du Lot-et-Garonne pour impliquer les élèves.

C’est un concept né il y a dix ans au Québec et au Canada et dont l’initiateur, Gabriel Bran Lopez, président-fondateur de Fusion Jeunesse, entend bien appliquer avec le même succès en France : « Chaque année, au Québec, nous intervenons auprès de 15 000 jeunes dans les écoles et l’absentéisme a reculé de 40 à 50 % grâce à nos actions. L’impact se mesure aussi dans le comportement des élèves au quotidien. Ils peuvent comprendre à quoi peuvent servir les maths, l’histoire, la musique, l’anglais, entre autres exemples. C’est pour cela que nous parlons de persévérance scolaire plutôt que de décrochage. »

Le dispositif de Fusion Jeunesse va s’appliquer dès le mois de mars dans 7 collèges et 2 lycées du Lot-et-Garonne. Les équipes de Fusion Jeunesse vont mettre à la disposition des professeurs les moyens technologiques et humains pour imaginer et créer un vrai jeu vidéo : « Quand nous avons expliqué les grandes lignes du projet, tous les chefs d’établissement concernés n’ont pas hésité une seule seconde avant de dire oui. La philosophie de l’expérimentation repose sur un vrai travail d’équipe pour arriver au produit final. Chaque établissement présentera d’ailleurs son jeu lors d’une grande journée à Tonneins, le 17 juin, avec une remise de récompenses », poursuit Gabriel Bran Lopez, qui insiste aussi sur l’apport majeur d’Ubisoft.

« Une vraie révolution dans l’approche de l’enseignement ! »

Le géant du jeu vidéo a ouvert un studio à Bordeaux (Gironde) en septembre 2017 sous la direction de Julien Mayeux : « Notre société essaie toujours d’apporter plus que le simple jeu. Dans Assassin’s Creed, nous avons un mode discovery qui permet de se plonger dans l’Egypte antique sans jouer. Cette notion de découverte est essentielle pour nous et doit l’être aussi pour les élèves, qui vont comprendre que le jeu n’est possible que si on parle aux machines. Un dialogue possible uniquement grâce aux maths. Mais il y a bien d’autres disciplines qui entrent dans la conception d’un jeu vidéo et ils vont forcément puiser dedans pour l’appliquer aux différentes matières. »

Ubisoft va détacher huit « mentors » pour venir assister les professeurs durant les cours et dialoguer avec les jeunes en classe. « Cette idée est une vraie révolution dans l’approche de l’enseignement ! Les jeunes vont tout de suite comprendre que, grâce à leurs rêves, ils vont donner du sens à leurs études », s’enthousiasme Jean-Louis Nembrini, vice-président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge des lycées. « Au niveau de la persévérance scolaire, nos amis québécois ont une longueur d’avance sur nous. On doit s’inspirer de ce qui marche pour imaginer l’école du futur. » La région finance le projet à 90 %, à hauteur de 120 000 €.

Téléchargez l’article (pdf)